vendredi 3 décembre 2010

Comment fêter son 100e billet ? (fin)

Et voici et voilà les 25 dernières manières de fêter son 100e article (bah en fait ce n'est plus le 100e) :

76. La surnaturelle : donner la parole aux extraterrestres

77. La violente : anéantir mes éventuels concurrents (par la force et la violence s'il le faut)

78. L'imposture : vous révéler que je ne suis pas gay, mais en fait je suis une vieille dame

79. L'imposture version "Les Infiltrés" : vous révéler que je ne suis pas gay, mais un homophobe qui s'est infiltré pour connaître les faiblesses des gays pour mieux les combattre (hin ! hin ! hin !! Je suis machiavélique !!! )

80. La légendaire : organiser ma propre mort et ainsi créer LA légende

81. La fatale : annoncer que billet sera le dernier et clôturera mon blog

82. La renaissante : annoncer que billet sera le dernier et clôturera mon blog, mais que je continuerais d'écrire sur un nouveau blog

83. La changeante : changer d'hébergeur

84. La changeante II : changer la présentation du blog

85. La révolutionnaire : changer la ligne éditoriale (en parlant de scrapbooking, de belles nanas, de foot ou de mécanique... ou tout ça à la fois)

86. La révolutionnaire II : changer le nom du blog

87. La révolutionnaire III : changer de pseudo

88. La programmée : donner la liste des prochains sujets abordés dans les 100 prochains billets

89. La "mise en abîme" : faire la liste de 100 manières de fêter son 100e post

90. La "mise en abîme" version 2nd degré : trouver 100 raisons de ne pas fêter son 100e post

91. La "mise en abîme" version remise en question : pourquoi trouver 100 raisons pour fêter son 100e article ?

92. La décomptée : faire un compte à rebours avant le 200e article

93. La prévoyante : fixer la date du 200e article à partir du temps qu'il a fallu pour faire 100 billets

94. La prévoyante II : réfléchir à la manière de fêter son 200e billet

95. La discrète : ne pas fêter du tout son 100e billet

96. L'ignorante : ne pas faire de 100e article et passer directement au 101e

97. L'inaperçue : ne pas s'être rendu compte d'en être à son 100e article

98. L'indifférente : en être à son 100e billet et s'en foutre complètement

99. La dissuasive : ne pas essayer de faire la liste des 100 manières de fêter son 100e billet

100. La satisfaite : être heureux d'avoir pu trouver 100 raisons pour fêter son 100e article !

Posté par galdien à 21:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


mercredi 1 décembre 2010

Comment fêter son 100e billet ? (3/4)

Voici le 3e volet sur les 100 manières de fêter son 100e article (même si ce n'est plus le 100e) :

51. La littéraire : sortir un livre sur ma vie, mon expérience, mes 100 articles

52. La "kikoo lol" : faire un post en langage SMS

53. L'opportuniste : en profiter pour faire une petite annonce pour chercher l'âme sœur (jh doux et sensible cherche jh mignon et sympa pour vivre le bonheur éternel)

54. L'opportuniste II : en profiter pour faire une petite annonce pour vendre quelque chose (vends téléphone portable très bon état, modèle année 2000, écran gris, ne fait ni appareil photo, ni vidéo, pas d'accès à internet, mais fait merveilleusement réveil et calculatrice)

55. La version "100 plus grands" : publier mes 100 meilleurs billets

56. La musicale : sortir un compil' des 100 meilleures chansons que je préfère

57. La musicale version "je suis un artiste" : sortir un album personnel avec 100 chansons que j'aurais écrites et composées (ça va faire fureur !)

58. La polyglotte : publier mon post en 100 langues différentes

59. La multimédia : faire une version audio ou vidéo de mes articles

60. La version "France Télévisions" : supprimer la publicité de mon blog entre 20 h et 6h

61. La version "100 plus grands..." option gay : présenter les 100 meilleurs blogs gays

62. La "multisupports" : sortir un magazine (en vente dans tous les bons marchands de journaux),

63. La "multisupports" II : créer une radio

64. La "multisupports" III : créer une émission télé

65. La "multisupports" version mégalomane : créer un jeu vidéo dont je serai le héros

66. La "multisupports" version "voyons grand" : créer une chaîne télé

67. La commerciale : créer des produits dérivés (le porte-clés, le poster, le mug, la ligne de vêtements...)

68. La publicitaire : faire une affiche de 4 x 3 m dans les rues des plus grandes villes pour faire de la pub à mon blog

69. La publicitaire II : donner à mes lecteurs 100 raisons de lire mon blog

70. La publicitaire III : créer un slogan

71. La publicitaire mensongère : grâce à mon blog, vous êtes en excellente santé, votre teint est parfait, et votre vie est merveilleuse

72. La doublée : écrire un double post

73. La version "sortie de placard" : donner l'adresse web de mon blog à tous les gens que je connais (famille, amis...) en leur disant que je suis l'auteur et attendre leur réaction

74. La marseillaise : créer un hymne à l'honneur de mon blog

75. La guerrière : créer un cri de guerre

Posté par galdien à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 29 novembre 2010

Comment fêter son 100e billet ? (2/4)

Voici la suite de la série sur les 100 manières de fêter son 100e article (même si c'est le 101e !) :

26. La révélatrice : vous montrer une photo de moi

27. La révélatrice II : donner mon identité aux lecteurs

28. La révélatrice III : donner mon adresse aux lecteurs

29. La coquine : vous montrer une photo de moi nu

30. La classée X : poster une vidéo osée de moi

31. La "Fan de" : organiser une rencontre avec mes lecteurs

32. La "Fan de" version coquine : proposer à mes lecteurs de passer une nuit avec moi

33. La participative : proposer aux lecteurs de me poser des questions

34. La participative version feignasse : proposer aux lecteurs d'écrire mon billet

35. La cupide : faire payer mes lecteurs pour accéder à mon blog (un forfait de 130€/mois pour mes plus fidèles lecteurs, ça ira ?)

36. La cupide version "envoyez vos dons" : prétendre que j'ai besoin de fonds pour faire vivre mon blog et appeler mes lecteurs à envoyer leurs dons

37. La version "c'est VOUS qui choisissez" : faire participer mes lecteurs pour élire mon meilleur billet

38. La version "Le maillon faible" : faire participer mes lecteurs pour choisir mon pire billet

39. L'interactive version "Le blog dont vous êtes le héros" : consulter et soumettre mes choix aux lecteurs pour arbitrer mes décisions (Fromage ou dessert ? Je couche avec X ou avec Y ? Dois-je chercher du travail ou démissionner ?...)

40. L'intime : donner aux lecteurs mon adresse MSN

41. L'intime II : donner mon numéro de téléphone aux lecteurs

42. La profiteuse : faire un concours des blogueurs les plus sexys, qui m'enverront leur photo et les plus beaux seront publiés

43. La profiteuse II : faire un concours des lecteurs les plus beaux, qui m'enverront leur photo et les plus beaux seront publiés

44. La profiteuse option perverse : faire un concours des lecteurs les plus sexys, qui m'enverront un photo d'eux complètement nus... peut-être seront-ils publiés si je ne suis pas trop égoïste

45. La sadique : envoyer promener les lecteurs lorsqu'ils commentent en les insultant

46. La masochiste : se faire humilier par ses lecteurs en se faisant insulter

47. La sado-masochiste : donner l'occasion à mes lecteurs de m'insulter copieusement et de me menacer, pour ensuite les injurier

48. La mensongère : faire intervenir des lecteurs factices qui annonceront que mon blog a complètement changé leur vie (grâce à mon blog ils sont plus beaux, plus intelligents, ils ont un meilleur teint, une forme olympique, le poil brillant...)

49. La version "laissez une trace de votre passage" : créer un livre d'or

50. La version "service public" : créer une rubrique courrier du cœur

Posté par galdien à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 27 novembre 2010

Et de 100 !

tampon100Ceci est mon 100e billet ! Comme c'est un peu particulier je voulais faire quelque chose de particulier... Mais quoi ? D'autant plus que j'ai fêté récemment le premier anniversaire de mon blog. Je vais donc faire quelque chose de spécial, qui consiste à réfléchir sur les 100 manières de fêter son 100e article, les plus intelligentes comme les plus idiotes, les plus simples comme les plus bizarres. Voici les 25 premières :

  1. La kitsch : mettre une image d'un gros gâteau avec 100 bougies avec le chiffre 100 qui scintille et clignote

  2. L'illustrée : mettre une photo de bogoss

  3. La classique : remercier ses lecteurs pour leur fidélité

  4. La classique version "bilan" : faire un bilan quantitatif et qualitatif de tout ce que le blog m'a apporté, ce que j'ai accompli, etc, etc...

  5. La classique version "concours" : créer un concours

  6. La mathématique : faire un bilan chiffré de mon blog

  7. La mégalo : faire un bilan chiffré de mon blog en grossissant les chiffres et en clamant haut et fort que je suis le meilleur

  8. La web 2.0 : ouvrir un compte F*B* ou Touitteur en tant que blogueur pour être plus proche de mes lecteurs et des autres blogueurs

  9. La participative option "votre avis m'intéresse" : faire un questionnaire pour savoir de ce que vous pensez de mon blog

  10. La révélatrice option "Les 100 plus grands..." : vous révéler 100 choses que vous ne savez pas de moi

  11. La version "calembour" : faire un billet avec des jeux de mots avec le mot 100 (cent, sans, sens du verbe sentir, sang... il y a des possibilités de faire des phrases sans queue ni sens)

  12. L'interactive : organiser un chat vidéo avec les lecteurs

  13. L'interactive II : faire un sondage

  14. L'interactive III : créer une rubrique courrier des lecteurs

  15. La calculée : faire coïncider le 100e billet avec le 1er anniversaire du blog

  16. La calculée II : faire coïncider le 100e billet avec le 10 000e visiteur du blog

  17. La calculée III : faire coïncider le 100e billet avec le 10 du mois

  18. La calculée IV : faire coïncider le 100e billet avec le 100e anniversaire du blogueur

  19. La collaborative : demander à d'autres blogueurs de co-écrire mon 100e post

  20. La collaborative version calculée : demander à d'autres blogueurs qui en sont à leur 100e article de créer un post commun à nos blogs respectifs

  21. La "journée sans" : créer une journée sans visiteur

  22. L'événementielle : créer une opération 100 lecteurs en une journée

  23. L'événementielle II : créer une opération 100 commentaires en une journée

  24. La version "envers du décor" : faire un reportage sur l'envers du décor du blog, comment l'idée est venue, à quel moment j'écris, comment viennent les idées, avec la présentation de toute mon équipe (moi, mon bureau, mon ordinateur, mon fournisseur d'accès à Internet...)

  25. La changeante version racoleuse : changer de ligne éditoriale pour ne publier que des vidéos pornographiques

Posté par galdien à 23:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

samedi 9 octobre 2010

F*B* nous rend-t-il stupides ?

J'ai envie de vous parler de cette formidable invention qu'est F*B*. F*B* pour ceux qui ne (re)connaîtraient pas est le fameux site de réseau social inventé par notre ami Mark Z... qui compte plus de 500 millions d'utilisateurs. Un film sur cette merveilleuse aventure doit d'ailleurs sortir ces jours-ci mais ce n'est pas le sujet de mon présent billet, non.
Ce dont je vais vous parler c'est de l'inconscience des gens qui mettent tout et n'importe quoi sans réfléchir sur l'impact que ça peut représenter dans leur vie. Que certaines personnes ne savent pas qu'elles peuvent paramétrer les règles de confidentialité de leur profil. Que certaines personnes se ridiculisent sans s'en rendre compte.
Ainsi vous pouvez joyeusement assister au règlement de comptes entre votre cousine et sa meilleure amie et votre fil d'actualité est truffé de noms d'oiseaux. Sans compter votre cousin complètement amoureux passe ses journées à écrire "je t'm mon amoure pour toute la vi, malgré c kon di j t'm kan même".
Mais vous pouvez aussi consulter la photo votre petit cousin souriant et grimaçant sur son pot sur le profil de votre cousine, ou la photo de vos petites nièces très très peu vêtues sortant du bain sur le profil de votre belle-sœur, et cela sans aucune gêne de la part de celle-ci, mais vous faisant poser des questions. Comment ces charmants bambins réagiront plus tard face à ces jolies photos consultables par le monde entier ? Comment réagiraient leur mère si elle était photographiée sur le trône en faisant la grosse commission ou à la sortie de la douche ? Quel est l'intérêt de prendre ce genre de photo ? Doit-on s'étonner qu'à l'adolescence ces mêmes jeunes se filment ou se photographient en très légère tenue et se montrent à des inconnus sur des blogs ou par visioconférence ?
À partir de ce genre de bizarreries, un site, Stupidbook, recense toutes les stupidités que l'on retrouve sur F*B*. Ainsi on peut donc retrouver un joli condensé de la bêtise humaine, de la création de groupes, à certaines situations cocasses ou embarrassantes, mais toujours assez drôles. Personnellement, j'ai une petite préférence pour celle-ci, mais on peut aussi en trouver plein d'autres, et à mon avis la liste risque bien encore de s'allonger...

Posté par galdien à 22:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


vendredi 1 octobre 2010

Le maillon faible ?

Merci au fort charmant et sympathique Ek91 de m'offrir ma première expérience en matière de chaîne "bloguesque (?)".
Cette chaîne consiste pour ceux qui ne le savent pas (et ils doivent être de moins en moins nombreux) à énumérer les 5 inconvénients ou incommodités d'un blogueur. Comme Ek91 me l'a si gentiment proposé, et que je ne peux rien lui refuser, je me lance :

Incommodité #1 - Quand l'inspiration vient au mauvais moment

Quand on ouvre un blog en général, c'est qu'on a beaucoup de choses de dire... Mais les idées viennent toujours au mauvais moment, quand on n'a rien pour écrire sur soi (quand on fait ses courses, quand on est aux toilettes, quand on dîne chez Mamie, quand on fait des galipettes avec Bien-Aimé(e)...), ou lorsque la situation n'est pas propice (en cours, en réunion, en plein examen - important si possible, pendant un entretien d'embauche...)
Et souvent lorsqu'on se trouve devant son ordinateur, avec beaucoup de temps devant soi et si possible en pleine forme... la panne arrive, rien ne vient. Et si par bonheur vous réussissez à retrouver les idées, vous trouvez qu'elles ne sont pas aussi bien formulées que vous ne l'auriez voulu !


Incommodité #2 - Manque d'originalité

Vous vouliez être l'Unique. Celui qui a inventé l'eau chaude... jusqu'à ce que vous vous rendez compte que d'autres bonnes âmes ont fait la même chose que vous et avant vous. Non ce n'est pas vous le premier blogueur gay. Pire encore, vous n'êtes même pas non plus le premier blogueur. Non seulement le concept de votre blog n'est pas très original... mais en plus vous piquez parfois inconsciemment certaines idées à vos congénères que vous aviez déjà lu il y a quelques mois... et vous ne vous en rendez compte assez tardivement, en espérant secrètement que personne ne se rendra compte de la supercherie et donc de votre imposture...


Incommodité #3 - Obsession des statistiques

C'est bien connu quand on ouvre son blog, on ne cherche surtout pas à être lu. C'est d'ailleurs pour cela qu'on le rend accessible au monde entier. Mais quand on se rend compte qu'il y a quelques bonnes gens qui s'intéressent à votre petite personne, ça flatte forcément l'ego. Et du coup, on ne peut plus s'empêcher de regarder de manière plus ou moins régulière son "chiffre d'affaires", se réjouissant lorsque les statistiques grimpent, et avoir une petite mine lorsqu'elles baissent. Et vas-y que je regarde les chiffres par jour, par semaine, par mois. Et depuis un mois, 6 mois, un an. Et voilà que je fais un beau graphique en couleurs et que j'admire le formidable parcours que j'ai réalisé, tel un chef d'entreprise.


Incommodité #4 - Manque de commentaires

Vous avez beau publier des messages, vous avez beau avoir des lecteurs mais rien n'y fait, vous avez fort peu de commentaires. Ô mais pourquoi donc ??? Pourquoi cette injustice ?
Et là, vous vous interrogez : Mon blog est si nul ? Ce que je dis est si banal ? Je m'exprime tellement mal par écrit que personne ne m'a compris ? J'ai si bien dit les choses que personne ne trouve rien à redire ou à rajouter ?
Et tout ça en vous rendant compte que vous-même en tant de membre actif de l'ALSA (Association des Lecteurs Silencieux Anonymes), vous ne commentez pas non plus des masses chez vos camarades blogueurs que vous admirez pourtant...


Incommodité #5 - Promesses non tenues

Quand on ouvre un blog, on est touché par l'enthousiasme du débutant. Oui, vous allez faire un beau blog où vous allez parler de tout, et pas seulement du fait que vous soyez gay. Oui, vous allez aussi écrire un billet TOUS-LES-JOURS sans exceptions. Oui, vous allez écrire de beaux et longs textes. Oui, vous avez projets pleins la tête et vous en parlez dans vos écrits. Mais vous êtes vite pris par le temps, et la lassitude gagne du terrain. Dans le meilleur des cas le blog change de ligne éditoriale en cours de route (car son auteur évolue lui aussi). Ou dans le pire des cas il est laissé à l'abandon, au bord de la route...

Comme c'est une chaîne, je passe donc la main à mon tour. Puisque la majorité de mes lecteurs-blogueurs que je connais ont déjà été chargé de poursuivre cette chaîne par d'autres blogueurs, je propose donc au tout jeune blogueur fort sympathique Journal Païen de poursuivre cette chaîne...

Posté par galdien à 23:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 10 septembre 2010

La vie d'étudiant

cartableC'est la période des rentrées scolaires... Alors que les écoliers, collégiens, lycéens ont déjà repris le chemin de l'école, les étudiants reprennent, eux, assez souvent plus tard (mi-septembre, fin septembre, voire début octobre). Ce qui va suivre va sûrement rappeler des (bons ?) souvenirs à ceux qui ont été et qui sont toujours étudiants, et qui vivent ou qui ont vécu en chambre universitaire... Ce qui fut mon cas pendant 6 années...
Alors que certains étudiants vivent chez leurs parents (ceux qui habitent dans une ville universitaire), d'autres vivent en colocation, et d'autres encore vivent dans un studio (pourri ou coquet selon votre chance, et aussi votre compte en banque). Mais lorsqu'on vit dans une campagne éloignée de toute civilisation, qu'on a un portefeuille peu garni, et qu'on est pas suffisamment sociable pour vivre en colocation, on choisit les bonnes vieilles chambres universitaires avec ses atouts et ses petites contraintes.
Pour illustrer et éclaircir mon propos je vais vous faire un joli tableau :


Avantages Inconvénients
Prix - Pas très cher... ... Mais les prix augmentent beaucoup d'année en année
Superficie - 9 m² le plus souvent : c'est si petit qu'il n'y pas beaucoup de ménage à faire, et qu'on peut aller facilement d'un bout à l'autre de la pièce... ... Mais c'est trop petit pour recevoir, pour mettre beaucoup de mobilier.
- Risque de se cogner dans les meubles
Murs - Permet d'avoir une cloison entre sa chambre, celle des voisins et le couloir... - Très peu épais, ces murs permettent de tout entendre : musique, télé, conversations, galipettes (malheureusement je n'ai jamais eu l'honneur d'entendre ce genre de chose, contrairement à de nombreux "chanceux"...)
- Parfois truffés de trous (on peut même presque voir ce qui se passe chez les voisins)
Fenêtre - Si chambre refaite à neuf : double vitrage, volet roulant permettant de rester dans le noir total... Idéal pour faire une grasse matinée (quand on n'a pas cours bien sûr) - Si chambre ancienne : modèle années 60/70 avec fermeture bizarre (c'est fou l'imagination qu'ils avaient à cette époque !), avec courants d'air, permettant d'apprécier le bruit à l'extérieur (circulation automobile, chant des oiseaux, étudiants bourrés...) et stores à l'ancienne qui permettent d'apprécier la lumière du soleil au printemps vers 5 h du matin (pas de grasse mat' même le dimanche)
Cuisine commune - Lieu de vie où on peut échanger ses recettes de cuisine et ses petits trucs et astuces : comment réussir les pâtes au beurre, comment avoir sa ration quotidienne de légumes grâce à la soupe en brique ou en sachets
=> occasion d'aborder un charmant jeune homme (ou une charmante jeune fille), engager la conversation, et tisser des liens sociaux.
- Lieu de vie où on doit faire la queue pour faire chauffer ses bons petits plats précuisinés alors que personne ne parle ni se regarde, accentuant ainsi la tension, et l'attente.
- Lieux où des personnes visiblement en conflit avec les règles de l'hygiène et de la propreté laissent des détritus, des tâches un peu partout, voire des restants de nourriture.
Douches communes - Lieu idéal pour voir de charmants jeunes hommes sortir de la douche, avec des gouttes glissant sur leur corps parfait et avec seulement une serviette autour de la taille (et aussi des jeunes filles mais la serviette ne cache pas que la taille)... - Lieu se trouvant aux extrémités du couloir, comptant environ 5 douches par étage (pour 30 personnes donc), dont la moitié seulement fonctionne correctement, où il n'est pas rare de faire la queue le matin alors que l'heure de partir en cours approche dangereusement...
- Les toilettes se trouvent très souvent à proximité
Toilettes communes - Lieu permettant de satisfaire ses besoins naturels où ce sont les femmes de ménages qui nettoient (désolé c'est le seul avantage que j'ai trouvé, et en plus il ne concerne pas les femmes de ménage !) - Lieu où on n'ose pas aller lorsque d'autres sont déjà aux toilettes, à cause des bruits qu'on peut faire et/ou qu'on peut entendre, en particulier lorsqu'on sait qui est dans les toilettes à côté (qui sait aussi qu'on est à côté), même si c'est ce qu'il y a de plus naturel...
- Lieu où d'autres n'ont aucun scrupule à laisser une trace de leur passage et qui ne connaissent pas la brosse et la chasse d'eau...
- Lieu où on peut savoir si nos voisines sont en zone rouge grâce aux indices dépassant de la poubelle ouverte
Sociabilité - Voisins aimables avec qui on parle de tout et de rien et avec qui on peut manger dans la cuisine commune et discuter dans les chambres (ou parfois le couloir jusqu'à tard le soir), mais aussi faire des sorties...
- Possibilité de rencontrer et de discuter avec des étudiants étrangers, issus d'autres cultures et apprendre beaucoup de choses intéressantes.
- La politesse est de mise entre étudiants : on se dit toujours bonjour dans les couloirs même lorsqu'on ne se connaît pas
- Incompatibilités d'humeur avec les voisins provoquant des conflits, pouvant parfois apporter un peu de spectacle en un lieu où il ne règne aucune ambiance.
- La politesse n'est pas connue de tous : certains ne répondent pas quand on leur dit bonjour.

Ce tableau permettra aussi aux nouveaux étudiants résidant en chambre universitaire de se faire une idée de ce qui les attend... Bonne rentrée en tous cas !

Posté par galdien à 17:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 3 septembre 2010

Arachnophobie

toile_araigneeL'été touche à sa fin, et avec elle son lot de bébêtes indésirables, comme les insectes des tous poils, mais aussi les araignées. Car non, ignorants que vous êtes, les araignées ne sont pas des insectes mais des arachnides (on l'apprend normalement en primaire, et pourtant certains persistent à faire l'erreur !).
D'où le doux nom d'arachnophobie qui désigne - si vous avez fait un peu de grec ou si vous connaissez d'autres mots se terminant par "phobie" (tout homo qui se respecte en connaît au moins un) - la peur des araignées.Il faut savoir que ce mal handicape des milliers, des millions (des milliards ?) d'êtres humains, et qu'on n'en connaît pas l'origine. C'est vrai, pourquoi la phobie des araignées est si développée et pas la phobie des lapins ou des coccinelles ?
Ces sales bestioles gentilles bêtes vont tisser le plus souvent leur toile en campagne qu'en ville (à l'inverse des gays).
Elles se cachent le plus souvent dans les coins isolés, poussiéreux le plus souvent, flottant dans les airs (ou plutôt sur leur toile peu visible) attendant patiemment qu'une proie s'accroche à ses filets. Et parfois sortent se promener de temps en temps, pour voir si "l'herbe n'est pas plus verte ailleurs"... ou pour le plaisir de terrifier l'arachnophobe chez qui elle a osé élire domicile. Et plus elle est grosse, plus elle fait peur (cette phrase innocente prouve que vous avez l'esprit pervers si vous avez fait un parallèle sexuel), et crée soudainement une peur panique.
L'arachnophobe aura beau se rappeler de son premier livre sur les animaux, où les gentils auteurs auront tenté de le rassurer écrivant que, oui les araignées sont nos amies, car elles nous débarrassent de ces méchants insectes (et se gardent bien de dire qu'elles les torturent et les emprisonnent dans leur toile avant de les dévorer).
L'arachnophobe aura beau aussi de se rappeler de l'un de ses premiers livres d'histoires pour enfants avait pour personnage une gentille araignée qui se met à pleurer car tout le monde la fuit ou cherche à la chasser (précisons que le mot "tuer" est proscrit dans les livres d'enfants, en particulier lorsqu'une araignée parle, en plus celle-là ne s'est pas vantée de "chasser" les insectes).
L'arachnophobe aura beau aussi de se rappeler de ses grands-parents qui lui disaient que lorsque qu'une araignée sort de son trou "c'est signe de beau temps et de chaleur"...
Mais rien n'y fait !!!
Il est immobilisé, l'araignée lui fait peur. Elle bouge... Cette manière si particulière de bouger fait encore plus peur que l'araignée elle-même. L'arachnophobe n'ose plus bouger... On ne sait jamais au cas où elle sauterait sur lui.
Il faut qu'il s'en débarrasse, et employer s'il le faut de grands moyens : pantoufle, chaussure, balai, tapette à mouche (même si l'araignée n'est pas une mouche), bombe à insectes rampants (mais nan ! l'araignée n'est pas un insecte !),  bombe atomique...
Une fois le petit animal mis à trépas (une araignée écrabouillée, même en pleine jeunesse, semble moins triste que le chaton noyé au fond de la rivière, ou pire écrasé par une voiture), il faut donc s'en débarrasser...
Et l'arachnophobe reste atterré et cette rencontre le poursuivra pour la journée.
Ainsi il regardera dans tous les coins des murs, les plafonds pour s'assurer qu'il n'y ait pas une autre araignée vengeresse (car la solidarité entre araignées est bien connue de tous) qui se laisserait tomber du plafond en criant "BANZAÏÏÏÏÏ" et aller lui faire sa fête en lui recouvrant son visage avec ses longues pattes et en lui injectant son venin mortel. Il marchera avec de grosses chaussures et si c'était possible avec des bottes (même si on est en été) au cas où il croiserait un troupeau d'araignées immenses.
Toute bestiole ressemblant de loin ou de près à une araignée, ou même une tâche noire sur le mur ravivera la terreur qui sommeille en l'arachnophobe.
S'il fait chaud, et que l'arachnophobe se promène en short et en T-shirt, malheur à celui ou celle qui l'approche et le frôle par surprise (caresses de l'être aimé, mouche qui se pose, chat se frottant aux jambes...). L'arachnophobe sursautera en faisant un énorme bond, vous poussera ou tentera de vous écraser avec le revers de sa main, car il vous aura pris pour la vilaine araignée qu'il aura croisée le matin même...

Et se moquera pourtant de ceux qui ont peur des souris...

Posté par galdien à 18:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 28 août 2010

Test de pureté

ANGELa pureté peut avoir plusieurs significations selon son éducation, sa culture et beaucoup d'autres paramètres qui peuvent nous échapper. Au point de vue physique selon notre ami Wikipédia la pureté est "la propriété d'un objet de ne pas contenir (ou de contenir en très petite quantité) de corps ou d'élément étranger". La pureté au point de vue religieux est associée à l'abstinence sexuelle (avant le mariage bien sûr). D'autres esprits complètement torturés parleront de pureté raciale, mais nous ne nous attarderons pas sur ces idées... disons... impures.

Malgré tout, Griffor vous propose de réaliser un test de pureté, plutôt basé sur votre pureté physique et spirituelle en vous posant toute une série de questions à choix multiples, et définit ainsi votre degré de pureté...

Comme toujours vous êtes impatient de connaître mon degré de pureté... Le voici :

certif

Et voici les commentaires :

Commentaires : Vous êtes presque normal(e), mais vous avez du mal à vous lâcher...
(Oulala, il faudrait peut-être s'activer pour faire monter ce score, non ? allez un peu d'efforts ! :P)

En gros, je suis presque la pureté incarnée apparemment. Et vous ?

 

Posté par galdien à 10:30 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

mardi 24 août 2010

Billy Boner

PLAYNous voici dans une période où la pornographie prend une place de plus en plus importante dans nos vies. On peut tous être amenés un jour à se lancer dans une carrière pornographique, volontairement ou non. Avant de vous jeter à l'eau ou avant que votre pire ennemi(e) décide de publier vos ébats sexuels sur la toile, il faut donc de toute urgence vous trouver un pseudonyme qui vous permettra de... percer dans le milieu pornographique, et donc d'avoir un nom qui donne envie, car Arlette Michu (par exemple), c'est pas très glamour. Et pour cela un fabuleux site vous le propose : Pornalizer. J'ignore comment fonctionne le système, car il vous suffit de donner votre nom et votre prénom. Et le résultat ne fait en aucun cas référence à vos noms et prénoms, et pas non plus à d'autres particularités (taille, positions préférées, etc...) puisqu'on ne vous les demande pas. Il existe simplement la version masculine et la version féminine...

J'ai donc testé certains noms au hasard comme ça pour m'amuser, par exemple, deux rebelles qui ont la sex-attitude en prônant le "no k-pote" :

  • Christine B... , ça donne : Candy Cumms ! (assez charmant)
  • Ben... Seize : Ronnie Rammer

Cependant, je remarque que c'est une arnaque, puisque le choix des noms est assez limité. En effet, j'ai donc testé et je récupère le pseudo de Billy Boner. Et pour m'amuser, j'ai également tenté un certain Nicolas S..., qui lui aussi aurait le même pseudo que moi... Ce qui sera difficile le jour où lui et moi nous nous lancerons dans le porno. Si plusieurs personnes ont le même pseudo, ça promet de jolis crêpages de chignons en perspectives...

Je me suis également amusé à voir ce que ça donnerait si on s'appelait Billy Boner. Visiblement le nom Billy Boner ne fait pas assez porno (alors qu'ils le proposent comme pseudo), car ça donne... Lorenzo Lovegun. Au pire c'est le pseudo que je prendrai si Nicolas S. se lance dans le porno avant moi...

Et vous quel pseudo aurez vous si vous vous lancez dans le porno ?

Posté par galdien à 20:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,