Voici un article paru depuis un petit moment qui montre que les homos n’ont pas le monopole de la goujaterie ou l’imbécilité. Oui on a parfois tendance à l’oublier, mais ça existe aussi chez les hétéros (c’est ça d’aller frénétiquement sur les sites de rencontres gays !)

De quoi parle-t-on ?

Il s'agit d'un site de rencontres d'un nouveau genre : rencontrer 1 personne par jour. Mon but ici n'est pas de juger le principe de cette application (que je ne connais pas et n'utilise pas) mais les profils des utilisateurs interrogés pour les besoins de l’article sus-cité (utilisatrices plutôt ici avec un panel certainement représentatif d'amis des amis de l'auteur de l'article… enfin bref...)

Mais quel est donc le problème ?

Justement le profil de ces utilisatrices si on en croit leurs témoignages. Jugez plutôt :

  • « J’ai bac+7, je suis née à Paris et on ne me propose que des profils de bouseux – désolée pour le politiquement correct »

Traduction :

"Ben oui quoi j'ai pas fait un bac+7 pour m'enterrer dans un village de province de moins de 500 000 habitants avec un paysan (même s'il a bac+3 et qu'il a peut-être de la culture et de la conversation) Nan mais attends je suis parisienne moi ! Si le dois bouger c'est pour aller à New York ou L.A (prononcez “elle aiye”). Bon Londres et Berlin à la limite mais pas chez les bouseux de Lyon ou Bordeaux. Et pis si je voulais épouser un bouseux je serais allée voir Karine pour L'amour est dans le pré !"

Puis cette “Parisienne aux cheveux courts” (on ne voit pas trop l'intérêt de le préciser sauf peut-être pour que les utilisateurs la reconnaissent et lui envoient des messages d'insultes mais elle n’est sûrement pas la seule parisienne à avoir des cheveux courts) “piaffe” (mot à la hauteur du personnage je trouve) :

« Mais on s’ennuie vite : au bout de sept jours, on m’a proposé un gamin de 18 ans – je ne fais pas dans la pédophilie, un type qui avait l’âge d’être mon grand-père, trois campagnards et un mec insignifiant... »

Bon on va être clair : coucher avec un/une jeune de 18 ans ne fait pas de nous un/une pédophile. Même s'il est tout jeune, au regard de la loi il est majeur et vacciné. Et sa puberté est (presque) achevée (selon les cas). À sa décharge, on a parfaitement le droit de ne pas aimer les jeunes. Mais respectons-les quand même.

Et si on se fie au sens de la mesure de cette jeune femme, le type qui a l’âge de son grand-père devait avoir juste 15 ou 20 ans de plus qu’elle.

On ne s’attardera pas encore plus sur les campagnards qui doivent être vraiment des monstres. Et quand au “mec insignifiant”... il ne doit pas être à la hauteur de cette nana vraiment géniale avec de la culture, de l’éducation, et surtout un grand sens de l’humanisme.

  • Une autre jeune fille, étudiante en journalisme trouve que « l’interface était naze – genre bleu et blanc, merci mais on n’est plus en 2010. »

Non mais c'est vrai quoi ! Bleu et blanc c'est trop 2010 ! Là on est en 2016 ! Allô quoi ! (expression de 2013 !) Vous êtes vraiment au top du ringard ! (expression des années 1990 !!!)

Sérieusement, ma cocotte visiblement tu ne connais pas Gaypax parce que tu nous ferais une attaque, ou une grosse crise d'angoisse, avec au minimum un an en hôpital psychiatrique à en croire ta sensibilité...

  • Et enfin notre Sophie, 30 ans dont 4 de célibat, soulève le “problème” de “l’humiliation d’une journée à guetter une réponse qui ne viendra pas”.

Humiliation : rien que ça… Ils n’ont interrogé que des chochottes ou quoi ?
« Pour une fille, c’est très dur de se prendre des vents. Faire le premier pas, c’est déjà dur – on met un peu son ego en jeu. Sur Tinder, l’honneur est sauf : si un mec ne te répond pas, tu peux parler à cent autres. Là, tu te prends un mur qui dure une journée. C’est franchement humiliant. »

Oui c'est vrai parce que pour un mec c'est un véritable plaisir de se prendre des vents, c’est même fait pour ça un mec.

Heureusement sur Tinder (ou Grindr et consorts) tu peux de ton côté les humilier sans état d’âme, parce que le mec (ou la nana) ce n'est qu'un numéro de profil parmi tant d’autres…

Ma conclusion :

Avec tout ça, il est clair que les sites et applis de rencontres de tous bords ont encore de beaux jours devant eux...