Bienvenue dans le monde réel !

mardi 20 décembre 2016

La magie des rencontres en ligne

Voici un article paru depuis un petit moment qui montre que les homos n’ont pas le monopole de la goujaterie ou l’imbécilité. Oui on a parfois tendance à l’oublier, mais ça existe aussi chez les hétéros (c’est ça d’aller frénétiquement sur les sites de rencontres gays !)

De quoi parle-t-on ?

Il s'agit d'un site de rencontres d'un nouveau genre : rencontrer 1 personne par jour. Mon but ici n'est pas de juger le principe de cette application (que je ne connais pas et n'utilise pas) mais les profils des utilisateurs interrogés pour les besoins de l’article sus-cité (utilisatrices plutôt ici avec un panel certainement représentatif d'amis des amis de l'auteur de l'article… enfin bref...)

Mais quel est donc le problème ?

Justement le profil de ces utilisatrices si on en croit leurs témoignages. Jugez plutôt :

  • « J’ai bac+7, je suis née à Paris et on ne me propose que des profils de bouseux – désolée pour le politiquement correct »

Traduction :

"Ben oui quoi j'ai pas fait un bac+7 pour m'enterrer dans un village de province de moins de 500 000 habitants avec un paysan (même s'il a bac+3 et qu'il a peut-être de la culture et de la conversation) Nan mais attends je suis parisienne moi ! Si le dois bouger c'est pour aller à New York ou L.A (prononcez “elle aiye”). Bon Londres et Berlin à la limite mais pas chez les bouseux de Lyon ou Bordeaux. Et pis si je voulais épouser un bouseux je serais allée voir Karine pour L'amour est dans le pré !"

Puis cette “Parisienne aux cheveux courts” (on ne voit pas trop l'intérêt de le préciser sauf peut-être pour que les utilisateurs la reconnaissent et lui envoient des messages d'insultes mais elle n’est sûrement pas la seule parisienne à avoir des cheveux courts) “piaffe” (mot à la hauteur du personnage je trouve) :

« Mais on s’ennuie vite : au bout de sept jours, on m’a proposé un gamin de 18 ans – je ne fais pas dans la pédophilie, un type qui avait l’âge d’être mon grand-père, trois campagnards et un mec insignifiant... »

Bon on va être clair : coucher avec un/une jeune de 18 ans ne fait pas de nous un/une pédophile. Même s'il est tout jeune, au regard de la loi il est majeur et vacciné. Et sa puberté est (presque) achevée (selon les cas). À sa décharge, on a parfaitement le droit de ne pas aimer les jeunes. Mais respectons-les quand même.

Et si on se fie au sens de la mesure de cette jeune femme, le type qui a l’âge de son grand-père devait avoir juste 15 ou 20 ans de plus qu’elle.

On ne s’attardera pas encore plus sur les campagnards qui doivent être vraiment des monstres. Et quand au “mec insignifiant”... il ne doit pas être à la hauteur de cette nana vraiment géniale avec de la culture, de l’éducation, et surtout un grand sens de l’humanisme.

  • Une autre jeune fille, étudiante en journalisme trouve que « l’interface était naze – genre bleu et blanc, merci mais on n’est plus en 2010. »

Non mais c'est vrai quoi ! Bleu et blanc c'est trop 2010 ! Là on est en 2016 ! Allô quoi ! (expression de 2013 !) Vous êtes vraiment au top du ringard ! (expression des années 1990 !!!)

Sérieusement, ma cocotte visiblement tu ne connais pas Gaypax parce que tu nous ferais une attaque, ou une grosse crise d'angoisse, avec au minimum un an en hôpital psychiatrique à en croire ta sensibilité...

  • Et enfin notre Sophie, 30 ans dont 4 de célibat, soulève le “problème” de “l’humiliation d’une journée à guetter une réponse qui ne viendra pas”.

Humiliation : rien que ça… Ils n’ont interrogé que des chochottes ou quoi ?
« Pour une fille, c’est très dur de se prendre des vents. Faire le premier pas, c’est déjà dur – on met un peu son ego en jeu. Sur Tinder, l’honneur est sauf : si un mec ne te répond pas, tu peux parler à cent autres. Là, tu te prends un mur qui dure une journée. C’est franchement humiliant. »

Oui c'est vrai parce que pour un mec c'est un véritable plaisir de se prendre des vents, c’est même fait pour ça un mec.

Heureusement sur Tinder (ou Grindr et consorts) tu peux de ton côté les humilier sans état d’âme, parce que le mec (ou la nana) ce n'est qu'un numéro de profil parmi tant d’autres…

Ma conclusion :

Avec tout ça, il est clair que les sites et applis de rencontres de tous bords ont encore de beaux jours devant eux...

Posté par galdien à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


vendredi 30 octobre 2015

Portrait #15 : Le-mec-maqué-qui-ne-cherche-que-de-l’amitié

Bizarrerie dans le monde merveilleux des sites et autres applis de rencontres : le mec maqué. Le mec qui a visiblement tout pour être heureux. Un potentiel futur époux, un appart, un boulot. Et pourtant…

Non, d’après son profil ce n’est pas une Emma Bovary version gay des temps modernes qui s’ennuie sexuellement alors qu’il a potentiellement ce qu’il faut à la maison, non. Il ne cherche que des amis. Surtout pas de plan. Car il est en couple.

Une question vous brûle les lèvres, vous éternel célibataire qui voulez vous mettre en couple justement pour vous désinscrire au plus vite de la dizaine sites de rencontres sur lesquels vous voyez de toute façon les mêmes têtes. Cette question c’est : “MAIS QU’EST-CE QUE TU FOUS LÀÀÀÀÀ ?????” Est-ce le Syndrome de Stockholm ??? Et de l’amitié en plus ! N’a-t-il pas des amis au préalable ? Tous ses potes lui ont tourné le dos le jour où il s’est mis en couple ? Son mec n’a pas d’amis non plus ? Et vous l’avez remarqué depuis suffisamment longtemps pour savoir qu’il ne vient pas de s’installer dans la région.

Et puis qui pense réellement trouver de l’amitié sur un site de rencontre gay ? L’amitié entre mecs gays c’est comme l’amitié entre homme/femme hétéros, c’est rare voire exceptionnel. Il y a toujours au bout d’un moment une tension sexuelle, une pulsion à assouvir. Et c’est une fois assouvie qu’on se dit qu’on préfère rester amis finalement.

Et puis, sur un lieu de rencontres gay, la majorité des mâles sont en rut et proposent directement un plan.

Donc plusieurs choses : soit le type cherche de l’amitié et il est vraiment naïf, soit il cherche vraiment à aller voir ailleurs en s’inventant un alibi au cas où son cher et tendre découvrirait par hasard son profil. En attendant, selon vos scrupules, vous pouvez toujours décider de l’aborder pour amitié… ou plus si affinités…

Posté par galdien à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 30 septembre 2015

Portrait #14 : Le plan Q

Le plan Q est un être complexe. Plus particulièrement le plan Q gay de sexe masculin.

Là où tout est simple dans une relation amoureuse classique, le plan Q a une forte crainte des sentiments.

Imaginez lors d’une discussion (en ligne ou par SMS) enflammée avec votre partenaire de jeu (sur son impressionnant phallus, sur ses coups de reins extraordinaire…), vous lui dites que vous passez de bons moments avec lui et que vous êtes impatient de le revoir pour vous éclater au lit. Il vous répond : “Merci. Mais ne tombe pas amoureux” (avec parfois le lol en option). Le mot est lâché. Mais vous vous vous empressez de lui répondre quasi-immédiatement : “Oh mais non ne t’inquiète pas ça ne risque pas d’arriver”.

Comme si éprouver des sentiments était la honte suprême. Comme si vous n’aviez pas le droit d’être bien avec cette autre personne, comme si même l’idée de tomber amoureux était vécue comme un enfer. Ben oui après tout on n’est pas des pédés, les sentiments c’est pour les tapettes. Vous voilà reparti comme à l’école primaire où l’amour c’est pas propre c’est dégoûtant…

Sauf que là vous avez fait des choses qui dépassent l’entendement avec votre compagnon de jeu, qui ne consiste pas uniquement à comparer vos membres, ou jouer à chat-bite, mais plutôt à échanger de la salive, de la sueur, ou autres substances et sécrétions…

De telles craintes cachent-elles quelques chose ? Est-ce un moyen voilé d’avouer ses sentiments ? Ou de tester l’autre ?

Posté par galdien à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,